mardi 8 octobre 2013

François Englert, Nobel de Physique

François Englert, Nobel de Physique, rend hommage à Robert Brout

L’annonce du prix Nobel de Physique, qui devait être faite à 11h45, a été retardée à 12h45. Le prix a récompensé le Belge François Englert, professeur émérite de l’ULB, avec le Britannique Peter Higgs de l’université d’Edimbourgh pour leurs travaux relatifs au boson de Brout-Englert-Higgs, une avancée cruciale pour la physique.
Les deux hommes âgés respectivement de 80 et 84 ans sont récompensés pour leurs travaux sur « la découverte théorique d’un mécanisme qui contribue à notre compréhension de l’origine de la masse des particules subatomiques, et qui a récemment été confirmée », a annoncé le comité Nobel dans un communiqué. M. Higgs a donné son nom au fameux «boson de Higgs».

« Je suis content de l’avoir maintenant »

«  Je suis content de l’avoir maintenant, je suis encore là  » plaisante François Englert, interviewé par la VRT. «  Ce qui me rend par contre triste, c’est le décès de Robert Brout. Nous avons travaillé ensemble toute notre vie et il n’est pas là  ». Quant à savoir s’il faut renommer le boson de Higgs boson de Higgs-Brout-Englert, «  ce serait peut-être plus juste mais je ne vais pas me battre contre ce genre de chose...  » sourit le scientifique.

Englert est le premier Belge à recevoir un Nobel de Physique

François Englert avec un compatriote, Robert Brout, décédé en 2011, a été en 1964 le premier à décrire l’existence d’un boson scalaire, une particule élémentaire qui donne leur masse au reste des particules élémentaires. Une sorte de dernière pièce du puzzle.
Ils ont été suivis de peu par Peter Higgs, qui fut le premier à écrire en 1964 que seule une nouvelle particule pouvait expliquer ces anomalies constatées sur la masse des particules.
François Englert et Peter Higgs. AP
Une hypothèse très largement confortée ensuite par les travaux de milliers de scientifiques, mais que la vérification par l’expérience, annoncée en juillet 2012, par le plus puissant accélérateur de particules au monde, installé au Cern à Genève, a remis au sommet de l’actualité.

« Sans ce boson, nous n’existerions pas »

Le boson de Higgs est considéré par les physiciens comme la clef de voûte de la structure fondamentale de la matière, la particule élémentaire qui donne leur masse à nombre d’autres selon la théorie dite du « Modèle standard ».
Il explique notamment pourquoi certaines particules ont une masse et pas d’autres, et par conséquent pourquoi l’Univers existe tel que nous le connaissons.
« Sans ce boson, nous n’existerions pas », a constaté le comité Nobel dans son communiqué.

L’ULB « extrêmement heureuse et fière »

« L’ULB est extrêmement heureuse et fière de l’attribution de ce Prix Nobel. Il récompense des travaux théoriques d’une grande inspiration, qui ont conduit dès 1964, François Englert et Robert Brout, ainsi que Peter Higgs, à la prédiction d’une nouvelle particule élémentaire pour expliquer l’origine de la masse de toutes les particules élémentaires dans l’univers », a communiqué l’ULB.
Et d’ajouter : « L’ULB pense aujourd’hui tout particulièrement à Robert Brout, décédé en 2011 et qui a mené avec François Englert, les passionnantes recherches qui sont récompensées par le Prix Nobel. Avec François Englert, notre Université compte donc désormais quatre Prix Nobel scientifiques ».

Le Boson de Higgs, c’est quoi ?

Découverte scientifique majeure, le boson de Higgs reste cependant difficile à cerner pour monsieur et madame tout le monde.
See video
François Englert revient lui aussi sur cette découverte  :
See video
Et enfin, une version « pour les enfants » :
See video